Le Laboratoire sur l’agriculture urbaine est heureux de soutenir le projet Vignes en ville dans le cadre de son incubateur de jeunes entreprises. En offrant un encadrement et un lieu de déploiement sur plusieurs années pour le projet pilote, AU/LAB espère que ce projet pourra coloniser les toits institutionnels de Montréal et du Québec. Ce projet est coordonné par Véronique Lemieux. Elle est la fondatrice de Vignes en ville.

Vignes en ville est un projet audacieux et unique au monde de par sa nordicité, confirmant ainsi le statut de Montréal en tant que ville pionnière en agriculture urbaine. L’objectif est d’étudier le comportement et les avantages des vignes rustiques en milieu urbain tant en sol qu’en bac sur les toits. Puisque la vigne a besoin d’un minimum de 4 ans pour produire des raisins ayant un potentiel organoleptique intéressant, nous prévoyons vinifier notre première cuvée en 2020.

La culture de la vigne nécessite une compréhension profonde de la nature et de ses cycles. Dans un monde où tout va vite, cet univers invite à ralentir et à contempler ce spectacle visuel et gustatif né d’une collaboration étroite entre l’homme et une plante qui ne demande qu’à être habilement maîtrisée.

La plantation et l’entretient d’un vignoble est un art, un art qui intéresse et intrigue de plus en plus d’oenophiles québécois. Nous désirons apporter la vigne en ville pour démocratiser et rendre accessible la connaissance de la culture de la vigne aux citadins. De façon plus précise, nous voulons faire connaître les cépages plantés au Québec pour donner envie aux québécois de boire les vins de notre belle province.

La culture de la vigne en milieu urbain apporte son lot de défi mais elle apporte aussi de nombreuses opportunités. La revalorisation et la réutilisation de matières non recyclées telle que le verre en est une.  Le coût de recyclage du verre étant considérable, la bouteille de vin que nous mettons dans notre bac à recyclage se retrouvait, encore récemment, enfouies avec les autres déchets domestiques. Heureusement, de nouvelles voies de valorisation du verre ont vu le jour.  Le verre finement broyé a des propriétés similaires au sable naturellement présent dans le sol des vignobles. Il nous a donc semblé naturel de l’intégrer au terreau formulé pour notre premier projet de vignoble urbain en bac, un vignoble qui sera implanté en juillet 2017. En intégrant le verre des bouteilles au terreau, nous bouclons le cycle d’économie circulaire de la bouteille de vin et nous réduisons ainsi drastiquement son empreinte écologique.

La culture de la vigne en ville présente aussi une autre belle opportunité, de nombreux toits plats ne demandant qu’à être joliment aménagé avec une végétation réduisant la présence d’îlot de chaleur en été. Plus intéressant encore, nous croyons que la chaleur dégagée par les toits en raison du chauffage en hiver pourrait être bénéfique à la vigne en hiver. En effet, peu de toits sont parfaitement isolés. Beaucoup dégagent une chaleur subtile qui pourrait contribuer à garder les pieds de vignes à des températures hivernales acceptables leur permettant de survivre aux conditions extrêmes pouvant survenir sur un toit.

Partenaires majeurs du projet

 

 

 

 

 

 

Coordonnatrice du projet : Véronique Lemieux
Encadrement au niveau du Laboratoire : Eric Duchemin,
Directeur scientifique et formation

Véronique est la fondatrice et coordonnatrice de Vignes en ville, un projet expérimental d’implantation de vignoble en milieu urbain. Oeuvrant dans le domaine du vin depuis 5 ans après avoir travaillé dans le domaine de l’énergie solaire, Véronique s’est jointe à AU/LAB à l’automne 2016.

Passionnée depuis toujours par l’écologie, elle est aujourd’hui titulaire d’un certificat en permaculture de l’université d’État de l’Oregon et à récemment complété une formation en viticulture en milieu froid à l’ITA (Institut de technologie agroalimentaires de Saint-Hyacinthe). Cette double formation lui a permis d’implanter un vignoble urbain à faible empreinte écologique, une première au Canada.